Pourquoi aller en Islande ?

  • Les paysages sont à couper le souffle.
  • Les cascades sont nombreuses et ont un énorme débit, même l’été.
  • Les baleines et les macareux sont à portés d’appareils photo.
  • Volcans et geysers sont très actifs, et chauffent aussi l’eau pour d’inoubliables baignades.

Les points négatifs

  • Il ne fait jamais très chaud ni beau en Islande, surtout au sud et sud ouest.
  • Certains coins reculés sont difficilement accessibles, même en 4×4.
  • Les conditions d’hébergement sont souvent rudimentaires.
  • L’essentiel de la population étant concentrés à Reykjavik, les animations sont peu nombreuses dans les autres villes du pays.

Quand partir

  • Evitez l’automne ou l’hiver, il fait nuit presque toute la journée…
  • Le mois d’aout est idéal pour la beauté des couchers de soleil et les conditions de randonnée, la neige ayant bien fondue.
  • Octobre et mars sont les mois les plus appropriés pour contempler les aurores boréales mais les conditions climatiques ne facilitent pas le séjour.
  • Juin et juillet sont les mois avec le moins de précipitation, en théorie…

Pour qui est-ce adapté ?

  • Les amateurs de nature brute, de verdure comme de paysages désolés.
  • Ceux souhaitent s’initier à la conduite sur piste, passage de gués inclus.
  • Les amoureux de solitude.
  • Les fans de Fred Aster dans chantons sous la pluie.

Comment partir ?

  • Avion jusqu’à Reykjavik, les low costs font baisser les prix.
  • Depuis Reykjavik, les excursions sont nombreuses et permettent de découvrir sans conduire une bonne partie du pays.
  • La location d’un 4×4 est nécessaire pour s’aventurer dans les pistes qui constituent l’essentiel des routes intérieures.
  • Le camping est partout possible, à condition de résister à l’humidité.

Avec quoi partir ?

  • Des chaussures de randonnée étanches, un k-way et un bon pull…
  • N’oubliez pas votre maillot pour les piscines chaudes ou le blue lagoon !
  • Un bandeau si vous êtes sensible à la lumière, la nuit est quasi inexistante l’été.
  • Pas mal d’affaires de rechange, car faire sécher son linge n’est pas une mince affaire.

Combien ça coûte ?

  • En 2008, la couronne islandaise a été dévaluée de 45%, ce qui rend depuis le pays plus accessible.
  • Les hôtels restent d’un mauvais rapport qualité prix. Reste le camping ou la location de bungalows ou d’appartement.
  • Les restaurants sont très chers et pas extra dès que l’on sort de Reykjavik, mais le saumon fumé de supermarché compensera.
  • Les activités locales (kayak, cheval, rafting, scooter des neige,…) ne sont pas à la portée de toutes les bourses.